assurance-placement-prudence-actions
Partagez
En savoir plus sur ces assurances?

Les assureurs restent prudents par rapport aux actions

Malgré l'euphorie

​BLOG DE WIM VERMEIR

Les Bourses européennes connaissent de très beaux records. Néanmoins, la plupart des assureurs se tiennent à l'écart de l'euphorie. Maximum 5 % de leur portefeuille de placements sont ainsi composés d'actions et il y a une bonne raison à cela.

Les actions européennes ont la cote

Pour l'heure, les investissements américains nous séduisent moins et le ralentissement de croissance qui a frappé beaucoup d'économies émergentes a créé un sentiment de doute auprès des investisseurs. L'ambiance est euphorique sur les marchés boursiers européens. Le Bel20 a ainsi gagné 15 % depuis la fin de l'année dernière et le Dax allemand a déjà progressé de 24 %. Les raisons de cette ambiance de fête autour des actions sont multiples :

 

  • les investisseurs pensent qu'il est temps de procéder à un mouvement de rattrapage par rapport à la Bourse américaine.
  • l'économie montre des signes prudents de reprise.
  • la Banque centrale européenne (BCE) fait preuve d'une grande souplesse.
  • les sociétés européennes affichent la croissance bénéficiaire la plus forte depuis des années. Les prévisions pour cette année font état d'une progression de 13 %.

 

Graphique valorisation des marchés des actions : rapport cours-bénéfice

aandelenmarkten waardering 

Réduire

Exigences strictes pour les placements en actions

Investir en actions offre indéniablement un certain potentiel à long terme, surtout dans le cadre d'une assurance-placement. Pourtant, les assureurs restent extrêmement prudents quand il s'agit d'investir leurs fonds propres en actions. Les actions restent en effet la classe d'actifs la plus volatile et de fortes baisses sont toujours possibles. La situation en Grèce ou d'autres impasses politiques peuvent très vite transformer l'optimisme en pessimisme.

 

De plus, les assureurs sont soumis à des règles très strictes pour investir en actions. Ils doivent ainsi conserver 45 euros de capital pour chaque tranche de 100 euros investis en actions. Une exigence qui rend les actions relativement moins intéressantes.

 

Voilà pourquoi la plupart des assureurs ne détiennent pas plus de 5 % d'actions.


​Voir tous les articles de Wim

Réduire