Conduite défensive : comment bien réagir dans une situation d’urgence ?
En savoir plus sur ces assurances?

Conduite défensive : comment bien réagir dans une situation d’urgence ?

Du gel, de l’aquaplaning, un autre véhicule qui fait une manœuvre dangereuse … Comment réagir quand ces situations se produisent dans la circulation ?

​Pour vous aider à retrouver ces bons réflexes, nous avons fait appel à un spécialiste des cours de dérapage, Jense Hooghiemstra de Slip Way, avec la complicité de Charline Van Snick.

La position parfaite de conduite, d'assise et de tenue du volant

Cela semble évident et pourtant beaucoup l'oublient : la conduite défensive commence d'abord par une bonne assise et tenue du volant. 

Quand on pense « bonne position de conduite, on se rappelle toujours la position des mains à « 9h15 ». Ce n'est cependant pas suffisant. « Avant de prendre la route, il faut d'abord régler son siège correctement. La distance entre le volant et le siège doit également être ajustée : vos bras ne doivent pas être trop tendus. Ils doivent rester souples. L'appuie-tête doit également soutenir correctement votre nuque. De même, il faut ajuster les rétroviseurs afin que les poignées des portières arrière soient à peine visibles », explique Jense.  

Bon à savoir : une mauvaise position de conduite peut causer des blessures sévères si l'airbag s'enclenche.

S'arrêter en urgence, avec ou sans ABS

Avec l'adoption massive des ABS, on accorde moins d'importance à l'apprentissage du freinage. On appuie sur la pédale de frein, le véhicule ralentit ou s'arrête sans qu'il soit besoin de faire autre chose. Cependant, il est primordial d'apprendre à freiner et à s'arrêter sur la plus courte distance possible en conservant le contrôle de sa voiture. Et ainsi, si cela tourne mal, de limiter au maximum les éventuelles blessures. 

 Si vous avez un ABS, enfoncez la pédale du frein fermement, rapidement. Maintenez-le jusqu'à ce que votre véhicule soit immobile.  Conservez vos mains en position « 9h15 », contrôler vos rétroviseurs et tenez vous droit dans le siège. Ce n'est pas si évident. D'autres actions peuvent être nécessaires en fonction de la situation (les airbags, déployés ou non, collision à l'arrière, ... S'entraîner à bien réagir est donc primordial. 

Si vous n'avez pas d'ABS, l'arrêt d'urgence dépendra de votre vitesse et du sol et de ce que vous ayez ou non un distributeur.  

Aquaplaning

Le saviez-vous : la plupart des accidents mortels ne sont pas dus au gel ou à la glace, mais à l'aquaplanage. Vous n'avez pas d'adhérence, la voiture suit son propre chemin. Savoir réagir de manière adéquate est donc indispensable, en fonction de ce que l'aquaplaning se produit sous les pneus avant, arrière ou sous les quatre. 

Conduisez doucement et prudemment afin d'éviter l'aquaplaning. Dans tous les cas, il est recommandé de réduire sa vitesse dès qu'il pleut.

Le conseil de Jense : « Les profils des pneus permettent d'évacuer l'eau. Plus ils sont profonds, plus l'eau s'élimine rapidement. Je conseille donc de les remplacer régulièrement et correctement. Et de donner la priorité aux pneus arrière. Il arrive que l'on comprenne mal la notion d'adhérence. Un nouveau pneu sert principalement à mieux évacuer l'eau et pas nécessairement à avoir une meilleure adhérence. L'aquaplanage revient, de manière figurée, à "flotter sur l'eau". Pour poursuivre la métaphore, lorsque l'on regarde des Dans la majorité des cas, l'aquaplanage se produit sur des segments droits de l'autoroute.  Si vos roues avant sont prises, votre voiture poursuivra sur sa lancée. Par contre, si l'aquaplaning se produit à l'arrière (ou que vos roues arrières bloquent), vous voiture dérapera. C'est pour cela que je conseille de veiller à ce que les bandes avec le profil le plus profond soit à l'arrière. »

Réagir efficacement en cas de dérapage

Vous sentez votre voiture partir. Comment réagir ? Une réaction de panique est normale, mais dangereuse car vos réflexes peuvent vous mettre en danger. Alors que faire ?

Jense : « Ne freinez jamais. Enfoncez directement la pédale d'embrayage et tournez au maximum le volant dans la direction souhaitée. Continuez à fixer l'endroit que vous souhaitez atteindre. Cela vous permettra de garder le cap !».

Pour aller plus loin : savez-vous conduire sur un sol gelé en enneigé ? Faites le test.

 

Et si votre voiture finit sa course sur le toit ?

 Votre voiture se retourne et vous vous retrouvez la tête en bas, retenu(e) au siège par la ceinture.

Jense : « Posez vos pieds contre le toit, puis poussez pour vous caler dans le dossier du siège. Détachez ensuite la ceinture, en prenant soin de la mettre sur le côté pour ne pas rester accroché(e). Retournez-vous et regardez autour de vous afin de voir si vous pouvez sortir sans danger. Dans la mesure du possible, sortez les pieds en premier lieu ».

De la fumée dans votre voiture ? Si elle est blanche, il n'y a pas de raison de s'alarmer : elle sort certainement d'un airbag qui vient de s'ouvrir. Par contre, si elle est noire, il s'agit probablement d'un feu. Sortez alors le plus rapidement possible du véhicule.

 

Quelques autres conseils en cas d'accidents de la route …

Réduire