hoe bereid ik mijn pensioen zo goed mogelijk voor
En savoir plus sur ces assurances?

Comment préparer au mieux sa pension ?

Plusieurs études démontrent que de nombreux Belges n'espèrent plus vraiment bénéficier d'une pension légale confortable. De plus, ils​​ sont peu nombreux à penser que leur pension légale sera suffisante pour maintenir leur niveau de vie après leur départ à la pension. ​

​​​​ Il est donc crucial de prendre les choses en main et d'épargner soi-même pour sa retraite. Mais... comment faire ? Quelles sont les différentes possibilités ? L'épargne-pension suffit-elle pour pouvoir dormir sur ses deux oreilles ? Quel est le meilleur moment pour commencer à préparer sa retraite ? Et quelles sont les conséquences fiscales ?

Autant de questions auxquelles cet article tente de répondre.

Deux leçons de vie - qui, soit dit en passant, ne s'appliquent pas uniquement à la préparation de la retraite - sont au cœur de cette démarche :

  • Démarrer du bon pied 
  • Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Démarrer du bon pied

Plus tôt vous commencez à épargner pour votre pension, mieux vous pourrez répartir vos efforts en matière d'épargne et plus votre capital sera important à l'âge de la retraite. Par ailleurs, les intérêts sur le capital accumulés au fil des ans peuvent également produire un effet boule de neige. C'est la logique même. Une fourmi qui a passé l'été à constituer ses réserves aura plus de facilité à survivre durant l'hiver que la cigale qui a chanté tout l'été sans se soucier de l'avenir.

Commencer tôt à se constituer un capital pension complémentaire est donc le meilleur choix. Vous êtes un peu plus âgé(e) et n'avez pas pensé à votre pension jusqu'à présent ? Eh bien... « Mieux vaut tard que jamais ». Même si vous avez la cinquantaine et que la fin de votre carrière active approche, il n'est jamais trop tard pour commencer à préparer votre pension. Cependant, le montant que vous devrez mettre de côté chaque année sera un peu plus élevé, et l'essentiel de vos efforts d'épargne pourrait ne plus déboucher sur un avantage fiscal. E​n effet, des montants maximaux s'appliquent aux formules des deuxième et troisième piliers. Vous devrez donc investir davantage dans le quatrième pilier de pension. Qu'entendons-nous par piliers ? Nous vous l'expliquons ci-dessous.

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Votre pension légale seule ne suffira peut-être pas. Cependant, la compléter par une épargne-pension ne permettra pas forcément de conserver votre niveau de vie après le départ à la retraite.

Heureusement, il existe pas moins de quatre piliers que vous pouvez utiliser pour soutenir votre pension. Ne vous limitez pas à une ou deux solutions. Une bonne pension repose sur ces quatre piliers. Nous allons les passer en revue brièvement :

Le premier pilier de pension

Il s'agit de la pension légale. Le montant de la pension légale dépend du salaire de la personne, de son nombre d'années de travail et de son statut : salarié, indépendant ou fonctionnaire.

La pension légale est versée à partir de l'âge légal de la pension. En Belgique, il est actuellement de 65 ans, mais il passera progressivement à 66 (à partir de 2025), puis 67 ans (à partir de 2030). Si vous remplissez certaines conditions, vous pourrez prendre votre pension plus tôt. Dans ce cas, vous recevrez votre pension légale à partir de cette date. Bien entendu, le montant de votre pension sera alors légèrement inférieur car vous n'aurez pas travaillé aussi longtemps.

Une pension légale complète est basée sur 45 années de travail. Si vous avez travaillé moins longtemps, vous recevrez une fraction du montant total. Le site mypension.be vous propose une estimation du montant de votre pension légale (à la date de pension légale et à la date à laquelle vous pourrez éventuellement prendre votre retraite anticipée).

Le deuxième pilier de pension

Ce pilier est constitué par les capitaux de pension complémentaire que vous constituez en tant que salarié ou indépendant dans le cadre de votre carrière professionnelle.

Pour les salariés, c'est l'employeur ou le secteur qui prend l'initiative de mettre en place un régime de pension du deuxième pilier. Les employeurs - et dans certains cas également les travailleurs - versent des cotisations. Ces cotisations offrent un avantage fiscal aux employeurs, mais aussi aux travailleurs qui versent des cotisations personnelles. 

Les indépendants ou les dirigeants d'entreprise indépendants peuvent également souscrire un plan de pension complémentaire, mais ils doivent le faire de leur propre initiative. Les possibilités ne manquent pas :


Ces formules présentent toutes des avantages fiscaux pour l'indépendant et/ou la société. Dès lors, les versements sont plafonnés. Et, en contrepartie, le capital est taxé à la fin.

Le capital constitué dans le cadre des plans de pension du deuxième pilier est en principe versé à l'âge légal de la pension. La plupart du temps, ce montant est versé en une fois, mais il est aussi possible d'opter pour une rente viagère.

Le troisième pilier de pension

Il s'agit de formules d'épargne individuelles qui offrent un avantage fiscal et que vous souscrivez à votre propre initiative. Il s'agit de l'épargne-pension et de l'épargne à long terme Les deux options offrent des avantages fiscaux et, ici aussi, les primes sont plafonnées.

Il existe deux plafonds pour l'épargne-pension : l'épargne jusqu'à 990 euros donne droit à une réduction fiscale de 30 % sur les primes versées. Si votre client souhaite épargner davantage, il peut verser jusqu'à 1.270 euros. Dans ce cas, il bénéficiera d'une réduction d'impôt de 25 % sur les primes versées.

Le montant que votre client peut économiser de manière fiscalement avantageuse sous forme d'épargne à long terme dépend de son revenu net imposable. Pour l'année 2021, le versement maximal est de 176,40 euros + 6 % de son revenu professionnel net imposable, avec un plafond absolu de 2.350 euros. L'épargne à long terme permet de bénéficier d'une réduction d'impôt de 30 %.

Ces montants maximaux peuvent être indexés annuellement. Là encore, l'avantage fiscal implique aussi que votre capital sera taxé. En cas de décès, des droits de succession peuvent être dus.

Le quatrième pilier de pension

Outre les solutions fiscalement avantageuses des deuxième et troisième piliers, vous avez plutôt intérêt à mettre de l'argent de côté. En effet, les trois premiers piliers ne sont pas toujours suffisants. Le quatrième pilier comprend toutes les réserves d'épargne que vous constituez sans bénéficier d'avantage fiscal du gouvernement. Comme ce quatrième pilier ne présente aucun avantage fiscal, vous êtes totalement libre de choisir sa formule : compte d'épargne, produits d'assurance, fonds d'investissement, biens immobiliers. Il n'y a pas de durée déterminée, les possibilités sont donc nombreuses : se constituer progressivement un capital ou faire fructifier un capital existant. Tout est possible, il n'y a pas de montant maximal.

​Plus vous attendez avant de commencer à préparer votre pension, plus ce quatrième pilier sera important, car les deuxième et troisième piliers sont soumis à des plafonds.