épargne à long terme - crédit hypothécaire
En savoir plus sur ces assurances?

Epargne à long terme et crédit habitation

Profitez d’un double avantage fiscal – Interview avec Karl Van Oudenhoven et Bastian Franken d’AG Insurance

​Envie de profiter d'avantages fiscaux à la fois sur votre prêt hypothécaire et sur votre épargne à long terme ? Par le passé, vous deviez souvent faire un choix. Mais la réforme du bonus logement dans les trois régions a changé la donne. « Raison de plus d'investir pleinement dans l'épargne à long terme pour se constituer une pension complémentaire », déclarent Karl Van Oudenhoven, Product Manager et Bastian Franken, Marketeer Product Life chez AG.​​

Une personne avec un salaire confortable a-t-elle intérêt d'épargner pour sa pension ?

Bastian : « Certes ces personnes sont moins sujettes aux problèmes de petites pensions et aux risques de pauvreté, mais elles se sont habituées à un certain niveau de vie et comptent bien profiter de leur temps libre pour découvrir de nouveaux loisirs alors que leur revenu va diminuer. »

 

L'écart entre les salaires et les pensions est-il si important ?

Karl : « Une analyse rapide de la manière dont est calculée la pension légale nous apprend qu'elle représentera plus ou moins 60 % de notre dernier salaire. Mais c'est une moyenne : en réalité, la pension de la classe moyenne est souvent inférieure à ce pourcentage. »

 

Comment expliquer ce phénomène ?

Karl : « Il y a deux raisons à cela. Mais pour l'expliquer, commençons par montrer comment est calculée la pension légale des salariés. Premièrement, le revenu annuel est divisé par 45 x 60 %. Ce résultat est multiplié par 45, soit le nombre d'années d'une carrière complète.

Cependant, il y a deux 'mais'... qui font qu'en pratique, la pension légale est souvent inférieure à 60 % du dernier salaire. Tout d'abord, le revenu annuel utilisé dans le calcul de la pension est plafonné à 57.602,62 euros. Si vous gagnez plus, l'excédent n'est pas pris en compte et votre pension n'atteindra pas les 60 % mais, par exemple, seulement la moitié de ce que vous touchiez précédemment.

Le même problème se pose pour les indépendants avec un plafond très légèrement supérieur. Ce n'est par contre pas le cas des fonctionnaires.

 

Et quelle est la deuxième raison pour laquelle les gens doivent souvent vivre avec moins d'argent que prévu après leur pension ?

Bastian : « La deuxième raison est qu'après leur départ à la pension, de nombreux salariés doivent soudain payer eux-mêmes un certain nombre de choses dont ils bénéficiaient via leur employeur comme avantage extralégal pendant leur carrière. Souvent, ils n'y ont pas pensé jusque-là : la voiture de société disparaît, tout comme les chèques-repas et le smartphone de fonction. L'internet à domicile et certaines assurances ne sont plus financés par l'employeur. Si vous additionnez tout cela, c'est une somme conséquente qui réduit chaque mois le montant de votre pension. ».

 

Si la différence entre le salaire et la pension est si élevée, l'assurance de groupe compensera cet écart, n'est-ce pas ?

Karl : « Une assurance de groupe ne comble que partiellement cet écart. Dans le meilleur des cas, votre pension légale et votre assurance de groupe représentent ensemble environ 80 % de votre salaire. Mais la plupart du temps, c'est moins et vous n'en avez pas le contrôle. C'est votre employeur qui décide du montant de la pension supplémentaire que vous constituez par le biais de l'assurance de groupe. De toute façon, si votre pension atteint 80 % de votre salaire, il reste toujours un écart de 20 %. Sans oublier que le pensionné doit prendre en charge lui-même les avantages extralégaux dont il bénéficiait jusque-là. »

 

Concrètement, que peuvent-ils faire ?

 Bastian : « L'épargne-pension est très utile et peut rapporter un beau capital à 65 ans, mais elle suffit rarement pour combler l'écart entre le dernier salaire et la pension. Et c'est là que l'épargne à long terme peut intervenir. »

 

L'épargne à long terme s'adresse-t-elle à tout le monde ?

 Bastian : « L'épargne à long terme et le crédit hypothécaire pour l'habitation propre et unique se retrouvent dans le même panier fiscal. Ce sont deux vases communicants : si vous avez bénéficié du bonus logement maximal, il ne reste plus de place pour une réduction fiscale sur l'épargne à long terme. C'était généralement la raison évoquée pour ne pas souscrire d'épargne à long terme tant que le prêt hypothécaire était en cours. »

 

Qu'est-ce qui a changé ?

Karl: « Avec la sixième réforme de l'État, les trois régions ont complètement revu les systèmes d'avantages fiscaux liés à un crédit immobilier. S'il faut retenir une chose, c'est que pour les prêts conclus à partir de 2016, il n'existe plus aucune incompatibilité entre l'épargne à long terme et les crédits hypothécaires. En d'autres termes, un client peut temporairement verser le maximum dans son contrat d'épargne à long terme et profiter d'un avantage fiscal, le tout sans se préoccuper de son crédit hypothécaire. Ce sont désormais deux fiscalités entièrement complémentaires pour les trois régions. Néanmoins, le législateur pourrait modifier cette possibilité de cumuler les avantages offerts par les deux régimes »

 

Et alors, que faire ?

Karl : « Concrètement, selon votre situation personnelle et vos revenus professionnels, vous pouvez verser cette année jusqu'à 2.350 euros, sur lesquels vous pouvez bénéficier d'une réduction fiscale jusqu'à 30 %. Autrement dit : avec une épargne à long terme, vous profitez d'une réduction d'impôts pouvant aller jusqu'à 705 euros ».

 

Conclusion : tout le monde a intérêt à épargner suffisamment pour sa pension...

Karl : « Absolument. Se demander si l'épargne-pension et à long terme sont utiles pour vous devrait être un réflexe pour tous ceux qui touchent un revenu. D'autant plus que ces deux formules de ce que l'on appelle le troisième pilier de pension peuvent vous rapporter plus de 1.000 euros d'avantages fiscaux par an pour un investissement initial maximum de 3.650 euros. C'est difficile à égaler sur les marchés financiers actuels ». Cependant, il ne faut pas oublier que ce capital est constitué pour la pension.  Car s'il est taxé favorablement à 8 ou 10% à l'approche de la retraite, en revanche il est lourdement imposé avant 60 ans.

 

Et dans mon cas précis, comment m'y retrouver ?

Bastian : « Chez AG, nous avons développé un outil ​qui tient compte de vos revenus professionnels et de vos crédits hypothécaires, même ceux conclus avant 2015, afin de vous renseigner sur l'avantage fiscal maximal que vous pourriez obtenir avec une épargne à long terme ».

​​



Réduire

​​​​​​​​​​​​